Faciliter

Gestion du spectre, architecture des réseaux, numérotation, sécurité des données, droits d’accès ou interopérabilité : l’IoT soulève des problématiques au cœur des compétences de l’Arcep.

Auto-organisation

L’objectif de l’Arcep est de favoriser l’auto-organisation de l’écosystème en identifiant et en anticipant les éventuelles décisions structurantes qui devraient être prises. Plusieurs technologies existent, sans qu’aucun standard ne s’impose à ce stade. Pour l’Arcep, il convient de ne pas entraver l’innovation, en laissant avant tout les utilisateurs arbitrer entre les options.

Collaboration

Les problématiques liées à l’IoT étant très transverses (protection des données personnelles, organisation de la chaine de valeur et de l’écosystème, sécurité des systèmes d’information…), l’Arcep s’est attachée à collaborer avec plusieurs institutions pour réaliser son livre blanc :

FR-STRATEGIE-1       logo-ex-2        dge-1        dg-1        ANFR-1        cnil-1

 

En complément,  l’Arcep a échangé avec une trentaine de parties prenantes de l’IoT au travers d’auditions, de séminaires, et de trois ateliers thématiques :

 

Industrie et transport connecté

Bâtiment connecté et ville intelligente

Santé connectée

 

Le 7 novembre 2016, l’Arcep rend public son Livre blanc lors d’un colloque :

 

Le Livre blanc

Le colloque

 

Suite des travaux

Cette mutation numérique appelle à la poursuite des travaux de l’Arcep pour réunir régulièrement l’écosystème de l’internet des objets autour de thématiques spécifiques. À cet effet, l’Arcep organise régulièrement des ateliers thématiques pour échanger avec les parties prenantes sur les enjeux liés à l’IoT (établissement d’un référentiel de comparaison des solutions IoT, blockchain…).

Ces échanges au niveau national viseront notamment à nourrir les travaux européens autour de l’internet des objets qui ont été amorcés par diverses institutions, en particulier par la Commission européenne et l’Organe des régulateurs européens des communications électroniques (ORECE) et par le Groupe européen pour la politique du spectre (RSPG).

 

> PRÉCÉDENT